« Gestalt-thérapie », Perls, Hefferline, Goodman, 1951

« Par dessous tout, nous espérons que (ce livre) pourra contenir quelques intuitions utiles pour nous tous en vue d’un changement créateur dans le contexte de notre crise actuelle. Car il faut considérer notre situation présente, dans quelque domaine qu’on la regarde, comme un champ de possibilités créatrices ou bien, alors, elle est franchement intolérable. En se désensibilisant et en inhibant leurs merveilleux pouvoirs humains, la plupart des gens semblent se persuader ou se laisser persuader qu’elle est tolérable, voire même assez bonne. Il semble, à en juger par leur type de préoccupations, qu’ils aient une conception de la « réalité » qui est tolérable et à laquelle ils peuvent s’ajuster avec un certain degré de bonheur. Mais cette norme de bonheur est trop basse, si basse que c’en est méprisable: on a honte de notre humanité. Mais heureusement, ce que les gens prennent pour la réalité n’est pas du tout la réalité, ce n’est qu’une illusion incommode (et le pire c’est d’utiliser une illusion qui n’apporte même pas de consolation!). Le fait est que, bon an mal an, nous existons en situation d’urgence chronique et que la majeure partie de notre force d’amour, d’intelligence, de colère, d’indignation, est refoulée ou amoindrie. Ceux qui voient plus clair, sentent plus intensément et agissent plus courageusement, s’épuisent et souffrent, car il est impossible à quiconque d’être vraiment heureux si le bonheur n’est pas plus généralisé. Pourtant, si nous entrons en contact avec cette terrible réalité, il existe aussi en elle une potentialité créative ».

Gestalt-thérapie, Perls, Hefferline, Goodman, 1951, (l’exprimerie 2001 pour la traduction française) pp.77-78

« Most of all, we hope that (this book) might contain some useful insights for us all towards a creative change in our present urgent crisis.For our present situation, in whatever sphere of life one looks, must be regarded as a field of creative possibility, or it is frankly intolerable. By desensitizing themselves and inhibiting their beautiful human powers, most persons seem to persuade themselves, or allow themselves to be persuaded, that it is tolerable or even well enough. They seem, to judge by the kind of their concerns, to conceive of a « reality » that is tolerable, to which they can adjust with a measure of happiness. But that standard of happiness is too low, it is contemptibly too low; one is ashamed of our humanity. But fortunately, what they conceive to be the reality is not the reality at all, but a comfortless illusion (and what the devil is the use of an illusion that does not at least give consolation!).The case is that, by and large, we exist in a chronic emergency and that most of our forces of love and wit, anger and indignation are repressed or dulled. Those who see more sharply, feel more intensely, and act more courageously, mainly waste themselves and are in pain, for it is impossible for anyone to be extremely happy until we are happy more generally. Yet if we get into contact with this terrible actuality, there exists in it also a creative possibility. »

Gestalt-therapy, Excitement and Growth in the Human Personality Perls Hefferline Goodman, 1951

Auteur : annecarpentiergestalt

Gestalt-thérapeute certifiée - Membre de la FF2P Psychopraticienne titulaire du European Certificate of Psychotherapy Formatrice, superviseure accréditée par l'EAGT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s